Utopie d'occase Album

Troisième degré Lyrics Zebda

Zebda - Troisième degré Songtext

Je dénonçais l'arnaque au troisième degré
j'étais croisé je me suis pris pour un pédigré
je dessoudais la fracture sociale
mais c'était que des tournures grammaticales
je dénonçais assis sur mes intimes
et c'est pour moi qu'on avait de l'estime
j'étais grand de la bouche... c'était que des paroles
oubliant que j'ai eu une place à l'école
et tous ceux qui prenaient la double peine
me disaient tes chançons suffisent à peine
ils me demandaient la langue au chat
qu'est ce que ça change
si on appelle un chat un chat?

On est pas des animaux pas des bêtes
on est, on est quoi sur cette planète
on est, on est quand on tourne la tête
bons que pour la défaite

Moi j'étais qu'un nabot dans la cour des grands
j'étais le nain qui se prenait pour un géant
j'étais de ceux qui soignent la syntaxe
je disais "cool" à tous ceux qui étaient furax
et au lieu de regarder mon pif
je me gaussais des imparfaits du subjonctif
je voulais porter le poids de la misère
en respectant les règles de grammaire
je cognais mais que des phrases... l'arnaque
et comme coup moi je conais le trac
et me demandais mais qui donc a raison
entre le flingue et la conjugaison

On est pas des animaux pas des bêtes
on est, on est quoi sur cette planète
on est, on est quand on tourne la tête
bons que pour la défaite

J'étais trop sage, je lisais Maupassant
me spotes faisaient les poches aux passants
y me disaient "mec, franchis le pas"
au lieux d'écrire ta colère à ceux qui n'en ont pas
on te le dit c'est pas avec des métaphores
qu'on va trouver du réconfort
t'as beau utiliser le second degré
tu vois pas qu'on est mis à l'amende sans regret
t'es qu'un chat et tu t'attaques à l'os
quand c'est une citroulle toi tu vois un carosse
oui t'écris ta collère à ceux qui n'en ont pas
taré comme celui qui a faim à son dernier repas

On est pas des animaux pas des bêtes
on est, on est quoi sur cette planète
on est, on est quand on tourne la tête
bons que pour la défaite

Je dénonçais l'arnaque au troisième degré
j'étais croisé je me suis pris pour un pédigré
je dessoudais la fracture sociale
mais c'était que des tournures grammaticales
avec ou sans c'est tout qui nous abîme
avec des mots on sait qui assassine...
Teile diesen Songtext
Erklären
Okay
Durch weitere Benutzung dieser Webseite stimmst Du unseren Datenschutzbestimmungen zu